Isabelle Brunaud

Danseuse


Fondatrice de la compagnie Anqa-Danseaveclesroues

Elle développe un travail important dans le domaine et les approches de la danse contemporaine et du handicap. Pédagogue, danseuse, chorégraphe, elle pratique et transmet le Contact Improvisation depuis 1995.

Le travail d’Isabelle Brunaud part d’une interrogation sur la question de la norme à travers le corps. Avec l’écoute et l’intuition, elle accueille des spatialités et des temporalités différentes, spécifiques des personnes dont le handicap altère les sens et les motricités. Plutôt que de considérer ces mouvements comme simplement limités, elle les explore dans l’interaction physique, avec notamment les outils de la danse contact improvisation.

S’ensuit une recherche d’écriture chorégraphique à partir des autoportraits d’un groupe de danseurs en situation ou non de handicap.

En 2005, à la création de la compagnie, des solos de danseurs en fauteuil roulant ou non, seront juxtaposés et étirés pour un travail sur le chœur dans L’arboré, pièce née d’une résidence à Micadanses.

Ainsi la question de l’altérité, de la place de l’individu dans le groupe est au centre des intérêts de son travail. L’effort, la négociation, les contradictions, voire les conflits engagent et jouent les limites entre besoins et contraintes…

Elle crée d’autres pièces chorégraphiques (avec entre autres La Nuit Verte, Potlatch…) avec diverses collaborations et en parallèle poursuit la pédagogie et la recherche. Elle développe le partenariat avec des structures culturelles (Micadanses, le Carreau du Temple, le Centquatre-Paris) et mène des actions de sensibilisation et d’ouverture à la danse à tous les publics et organise des Jams. Elle rassemble un collectif d’artistes, professionnels ou amateurs en situation ou non de handicap, intervenant lors de nombreuses performances avec l’écriture instantanée à partir de contraintes partagées dans des lieux divers.

La compagnie Anqa (anciennement danse avec les roues),

Créée en 2005, elle est fondée sur la volonté de s’émanciper de la norme du corps idéal et de proposer d'autres esthétiques issues d’un travail de recherche et de créations avec une pluralité de danseurs, en situation ou non de handicap.

Parallèlement, un collectif d'improvisation s'est formé en 2011, composé de chorégraphes, danseurs, musiciens, plasticiens, pédagogues, thérapeutes et chercheurs : il s'attache à créer des performances sur la place publique, à multiplier des jams guidées accessibles (à Paris : Micadanses, Carreau du Temple), à développer les rencontres dans des lieux aussi différents que des conservatoires ou des établissements comme les ESAT (établissements et services d'aide par le travail), à donner une visibilité à des pratiques artistiques qui manquent de soutien et d’attention dans notre pays, à savoir celles liées au handicap, à la différence...

Anqa est accueilli depuis de nombreuses années à Micadanses pour sa recherche et ses actions pédagogiques. Un atelier régulier a lieu les jeudis matins.